Vous êtes ici : Hugues Lenoir » Accueil » Une éducation émancipatrice

Une éducation émancipatrice

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

 

Une éducation émancipatrice

Les auteurs de cet ouvrage collectif nous rappellent que L’éducation intégrale* est une histoire ancienne, mais ils soulignent qu’elle est « le pivot d’une transformation radicale, […] de notre façon de concevoir l’éducation scolaire et populaire » et qu’elle vise au développement intellectuel, physique et affectif de l’enfant en mettant un terme au règne des maîtres abrutisseurs au service de l’état et/ou de l’église. En bref, cette éducation libertaire apparaît encore aujourd’hui comme une urgence sociétale.

Une des contributions les plus intéressantes examine les conceptions catholiques de l’éducation intégrale qui apparaît dès le 19e siècle et officialisée par le concile de Vatican II en 1965. Sans être une récupération de la conception libertaire, le doute subsiste néanmoins, personne ne sera étonné que pour les cathos intransigeants, l’éducation intégrale devienne parfois synonyme d’éducation intégriste.

Autre hypothèse du livre : les proximités entre éducation intégrale, éducation populaire et éducation sociale qui toutes trois visent à la libération sociale d’un individu épanoui intellectuellement et physiquement. L’éducation intégrale étant ici considérée comme un levier de renouveau d’une éducation populaire aujourd’hui institutionnalisée et oublieuse de ses ambitions politiques émancipatrices car, selon G. Poujol, elle fut victime consentante de l’état qui l’a vidé de sa substance, de sa charge subversive de transformation sociale.

Dans une dernière partie, la question de savoir s’il est possible de pratiquer l’éducation intégrale dans l’enseignement public est posée. À travers deux exemples, celui de l’école Vitruve et du Lycée autogéré (LAP), la réponse est oui. Car, au-delà, des savoirs acquis, ces établissements permettent, en conjuguant activités intellectuelles et manuelles, « le développement de l’autonomie », de l’esprit critique et la prise de responsabilité dans un esprit autogestionnaire.

En fin d’ouvrage, les auteurs mettent à la disposition du lecteur les textes pionniers de Robin de 1869 sur l’Éducation intégrale ainsi qu’un manifeste de 1893. Annexes qu’il convient peut-être de lire en premier pour mieux comprendre les intentions des auteurs.

Un ouvrage qui éclaire d’un jour nouveau, mais aussi de faux jours cathos, l’approche anarchiste en pédagogie et sa mise en œuvre dans le cadre d’une éducation intégrale, scolaire et populaire.

 

*Depoil, Groeniger, Patry, Wagnon, 2022, L’éducation intégrale, Lyon, ACL.

 

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail