Vous êtes ici : Hugues Lenoir » Accueil » Fogorite

Fogorite

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Folgorite

Il s’agit du nom de plume de l’anarchiste italien Sante Ferrini (1874-1939) typographe et poète dont Pascal Dupuis (1) a reconstitué le parcours de prison en exil par fidélité à l’idéal libertaire. Ce militant redécouvert un peu par hasard est l’auteur d’une des chansons les plus connues du répertoire des anarchistes italiens : Quando l’anarchia verrà et de plus de 430 articles dans la presse libertaire italophone à laquelle il participa durant trente-cinq ans. Il y rédigea des articles sur de nombreux sujets tels que l’oppression de classe, l’éducation, l’antimilitarisme, l’anticléricalisme, l’anarchisme… du classique dans les feuilles anarchistes. Et pourtant il fut oublié en France où il résida une grande partie de sa vie.

Après une jeunesse romaine, une formation de typographe, l’autodidacte Ferrini connaitra sa première arrestation à 20 ans, la déportation aux îles Ponza et Lipari et l’exil en France en 1901 pour trouver du travail et en Angleterre avant un retour en Italie en 1902 puis encore en France clandestinement en 1907. Exil et lieu de villégiature où il rencontra Louise Michel, Errico Malatesta et bien d’autres exilés d’Italie et d’ailleurs.

Enfin, il s’installe à Lyon sur la Croix-rousse des Canuts où il exerça comme typographe, métier qu’il enseigna comme professeur à l’École typographique lyonnaise. Nouvelle arrestation en 1915, surveillance, menace d’expulsion tracasseries policières et administratives ne cesseront que quelques années plus tard. En bref, la vie chahutée d’un militant en exil. Il meurt dans le Jura en 1939.

Cette biographie nous permet de mieux connaitre la vie du mouvement anarchiste italien tant en Italie qu’en exil au début du 20e siècle. On découvre aussi la vie de trimard, celle des gars qu’ont mal tourné et qui vivent d’expédients et au hasard des rencontres mais qui, comme Folgorite, à force de temps et grâce à son talent d’ouvrier qualifié parvient à grand peine à se stabiliser. Un livre qui se lit un peu comme un roman d’aventure, la vie d’une figure qui aurait pu se trouver dans la Mémoire des vainqueurs (2).

De Nombreux extraits de textes, de poésies et de dessins de Folgorite émaillent le texte de Dupuy ainsi que de précieuses annexes dont un riche florilège de textes, articles et de dessins de l’infatigable militant (3).

 

Hugues, gr. Commune de Paris

 

(1) Dupuy P., 2020, Folgorite, parcours de Sante Ferrini (1874-1939), Lyon, ACL, à Publico.

(2) Adaptation libre du titre du livre de Michel Ragon.

(3) Sa biographie : https://maitron.fr/spip.php?mot28

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Les commentaires sont fermés.