Vous êtes ici : Hugues Lenoir » Accueil » Quelles pratiques d’accompagnement à l’orientation pour les publics en situation d’illettrisme ?

Quelles pratiques d’accompagnement à l’orientation pour les publics en situation d’illettrisme ?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Cette conférence du 6 mars 2018 s’inscrit dans le cadre du Rendez-vous des acteurs de la formation organisé par l’Université de Lorraine avec le soutien de la Région Grand-Est. Cette matinée animée par Marc Olénine m’a permis d’expliciter et de préciser mon point de vue sur l’illettrisme aujourd’hui et ses enjeux individuels et sociétaux. 

Les savoirs de base indispensables pour être autonome dans la vie professionnelle évoluent avec le temps. On parle d’illettrisme pour des personnes qui, après avoir été scolarisées en France, n’ont pas acquis un apprentissage suffisant de la lecture,  de l’écriture, du calcul, des compétences de base, pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante, personnelle ou professionnelle. Il faudra y ajouter une nouvelle notion, en lien avec le développement des outils de communication numériques : c’est l’« illectronisme ».

La complexification des organisations et des process peut faire craindre que leur exclusion du monde du travail s’accroisse. Pourtant ces personnes mobilisent des formes d’intelligence et de compétences particulières dont les gens qui maîtrisent la lecture, l’écriture ou les outils numériques utilisent peu ou moins.  Considérant que le meilleur facteur de réussite, et de stabilisation du savoir, reste le sens que l’on peut donner à cette démarche […], matière à repenser les pratiques et les compétences d’accompagnement à l’orientation et aux apprentissages pour les publics en situations d’illettrisme ?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les commentaires sont fermés.